La succession apostolique

Dans les ma­té­riaux ras­sem­blés sui­vants, les di­verses lignes de suc­ces­sions sont do­cu­men­tées, les­quelles se re­joignent toutes en l’Évêque Hugh George DeWillmott-Newman, Patriarche de Glastonbury en Grande-Bretagne. De même il y est confirmé que ces suc­ces­sions ont été confé­rées à l’Archevêque Maria Josef Thiesen de Cologne par Alois Stumpfl. Une autre consé­cra­tion, confirme in­con­tes­ta­ble­ment la pos­ses­sion de la suc­ces­sion apos­to­lique de la ligne uniate-ar­mé­nienne et an­tio­chienne, que Thiesen sub condi­tione a reçu de l’évêque vieux-ca­tho­lique ro­main Thomas Tollenaar d’Arnhem le 4 no­vembre 1951. L’évêque Jean Brom que Thiesen consa­cra, sa­cra évêque Gérard Franck, sous l’assistance de Thiesen ainsi que des évêques Beyer et Smekal de Kiel. Je fus or­donné prêtre et le 24 août 1977 sa­cré évêque à Sittard (Pays-Bas) par l’évêque Franck.

Des té­moins fiables de mon sacre d’évêque ap­par­tiennent aujourd’hui à l’association des Nouveaux-Chrétiens fon­dée par moi.

Pour une meilleure clarté, nous avons classé toutes les listes de suc­ces­sions as­su­rées par ordre de consé­cra­tion épis­co­pale et nu­mé­roté de 1 à 14.

Dans 14 lignes dif­fé­rentes, 7 suc­ces­sions se montrent avé­rées, des­quelles uni­que­ment une suc­ces­sion apos­to­lique suf­fit pour la va­li­dité de la suc­ces­sion des Apôtres. En plus dans l’appendice se trouve l’aperçu des 14 lignes pour y faire une com­pa­rai­son exacte. Nous n’avons au­cune confir­ma­tion sup­plé­men­taire pour les trois évêques de li­gnée an­gli­cane nom­més dans la ”Corporate Reunionis”:

L’Éternel Gardien de Rome – Nikolaus Schneider comme garde Suisse

Mossmann, Lee et Seccombe, aux­quels une triple suc­ces­sion est cer­ti­fiée, à sa­voir : la suc­ces­sion gréco-(byzantine), sy­rienne-mel­kite et ca­tho­lique ro­maine.

D’après ces in­di­ca­tions Mossmann et Lee ont été re­con­nus va­lides par l’Église ca­tho­lique ro­maine. Ainsi ces suc­ces­sions s’appliquent à DeWillmott-Newman et  à ses suc­ces­seurs.

Celui qui veut donc mettre en doute la va­li­dité de mes Ordres pour des rai­sons quel­conques, nous lui conseillons d’examiner per­son­nel­le­ment au­près de ma per­sonne, la sub­sé­quente “Succession de la pure doc­trine apos­to­lique” mise en re­lief par F. W. Haack.

En outre nous le ren­voyons à une ex­per­tise de droit ca­non ré­di­gée par le Mag. Helmut Deixler de Vienne le 13 dé­cembre 1985 concer­nant la va­li­dité de ma consé­cra­tion épis­co­pale.

Fermer le menu