Saint Sacrifice de la Messe

Au com­men­ce­ment de ma prêtri­se je célé­brais la Mes­se Triden­ti­ne en lan­gue alle­man­de, car DIEU me dit: „Je veux que tu pries mot pour mot avec le cœur!” La Mes­se Triden­ti­ne est une œuvre d’art des hom­mes, des savants, des aca­dé­mici­ens, cepen­dant DIEU me dit un jour: „Regar­de Niko­laus, dans tou­te la Mes­se Triden­ti­ne, le mot ‘amour’ n’y figu­re pas une seu­le fois! Et pour­tant la Sain­te Mes­se est le cou­ron­ne­ment de l’Amour, de Mon Amour. Vien­dra un temps où tu la per­fec­tion­ne­ras par la grâce du SAINT-ESPRIT! L’amour que je t’enseignerai, irri­gue­ra cet­te rigi­dité! Et cela devi­en­dra et sera le renou­veau!“

Puis DIEU exi­gea de moi: „Niko­laus, écris un Sacri­fice de la Mes­se qui Me plaît à l’heure actu­el­le!“ Pen­dant dix années j’ai résis­té aux instan­ces de DIEU, jusqu’à ce que je me tins un jour à l’Autel ne sachant plus rien, j’é­ta­is com­me un insen­sé, bien que je con­nais­sais par cœur le Sacri­fice de la Mes­se. Puis je res­sen­tis la voix cal­me du SAUVEUR: „Main­ten­ant va et écris!“ J’allais à mon bureau et en trois jours j’avais écrit le Sacri­fice de la Mes­se com­me moi et mes évêques et prê­tres la célèb­rent.

L’Autel
Nous avons un tableau d’Autel qui est pour moi un tableau pré­fé­ré. Il mont­re un prêt­re en train de célé­brer en tant que nou­veau prêt­re son deu­xiè­me Saint Sacri­fice de la Mes­se dans la sacris­tie. Lors de la Sain­te Con­sé­cra­ti­on quelqu’un prit une pho­to. Lorsque la pho­to fut déve­lop­pée on vit cet­te image: le SAUVEUR cru­ci­fié gran­deur natu­re au-des­sus du Cali­ce du prêt­re. Pareil­lement à ce qui est mon­tré sur ce tableau, je le res­sens ou le vois à chaque Saint Sacri­fice de la Mes­se. Le Sang Pré­cieux coule des plai­es de JÉSUS-CHRIST dans le Cali­ce du prêt­re. Cer­tains disent qu’il faut célé­brer le Saint Sacri­fice de la Mes­se face à la croix, le dos tour­né au peup­le. Des prê­tres pensant bien fai­re disai­ent que le Sang Pré­cieux coule des plai­es du SAUVEUR du cru­ci­fix dans le Cali­ce du prêt­re, c’est pour cela qu’il faut célé­brer face à la croix. Mais mes bien-aimés, est-ce que le Sang Pré­cieux de JÉSUS-CHRIST coule du Corps du cru­ci­fix ou de Sa prop­re Per­son­ne? Il est bien évi­dent qu’il coule de Lui-même dans le Cali­ce, tel qu’Il appa­raît au-des­sus de l’Autel. Que le Saint Sacri­fice de la Mes­se soit célé­bré face à la croix ou face au peup­le, le SAUVEUR appa­rait tou­jours au-des­sus de l’Autel devant le prêt­re, quel que soit la posi­ti­on du prêt­re pour célé­brer. Pour moi il est très important que le peup­le soit plon­gé dans le Saint Sacri­fice de la Mes­se et puis­se voir com­ment le prêt­re s’y prend avec le SAUVEUR, avec quel amour … C’est pour cela aus­si que les fidè­les dev­rai­ent autant que pos­si­ble regar­der ce qui se pas­se à l’Autel et non assis­ter au Saint Sacri­fice de la Mes­se la tête baissée ou les yeux fer­més.
Enre­gis­tre­ment vidéo du Saint Sacri­fice de la Mes­se
Étant don­né l’état gra­ve actu­el de l’Église et que tous n’ont pas la pos­si­bi­lité d’assister chez moi ou chez un de mes prê­tres ordon­nés au Saint Sacri­fice de la Mes­se, DIEU vou­lait que nous fas­si­ons un enre­gis­tre­ment vidéo de mon Saint Sacri­fice de la Mes­se.

Le SAUVEUR m’assura que tous ceux qui assis­tent à ce Saint Sacri­fice de la Mes­se avec un cœur ouvert et croyant, reçoiv­ent les mêmes grâces et forces que ceux qui y sont per­son­nel­lement pré­sent. On reçoit alors la Com­mu­ni­on spi­ri­tu­el­le. Tou­te­fois je recom­man­de de con­fes­ser si pos­si­ble tous les deux à trois mois et de rece­voir le Corps de JÉSUS dans la Sain­te Com­mu­ni­on auprès d’un bon prêt­re. Si on n’a pas la pos­si­bi­lité de rece­voir chez moi les Sacre­ments ou chez un prêt­re que j’ai for­mé et ordon­né, alors allez à cet effet à l’Église Tra­di­ti­on­nel­le, car les Sacre­ments y sont encore admi­nis­trés vali­de­ment, bien que dans cet­te Égli­se le cœur me man­que. On accor­de là-bas bien plus de val­eur aux céré­mo­nies et aux rubri­ques exté­ri­eu­res, plu­tôt que le prêt­re à l’Autel puis­se offrir avec le cœur le Saint Sacri­fice de la Mes­se.

Lire la vidéo

Com­mu­ni­on dans la main ou dans la bou­che?
La Com­mu­ni­on debout doit dis­pa­raît­re, cet­te soi-disant maniè­re de bar! Cela ne sert à rien du tout si je reçois la Com­mu­ni­on dans la bou­che et que dans mon cœur ne se trouve pas le moind­re amour pour le SAUVEUR, même si c’est fait avec autant de respect. JÉSUS préfè­re un cœur qui aime! Le SAUVEUR Lui-même n’a pas don­né non plus la Com­mu­ni­on dans la bou­che à Ses Apô­tres, car ce n’étaient pas des Hos­ties, mais des morceaux de Pain que le SAUVEUR ne pou­vait remett­re dans la bou­che des Apô­tres. Tel le firent ensui­te les Apô­tres. Voi­là que cer­tains pré­ten­dront: „Oui, mais ils étai­ent évêques et peu­vent tou­cher le Corps de JÉSUS!“ Tout catho­li­que et ortho­do­xe est oint au Bap­tê­me avec l’huile des Catéchumè­nes et à la Con­fir­ma­ti­on même avec le Saint-Chrê­me. Donc ils ont bien aus­si reçu l’onction. Mais ce que l’on ne doit pas oublier dans tout ça est que j’apprends con­ti­nu­el­lement à ceux qui me sont con­fiés de rece­voir le SAUVEUR avec un cœur aimant, de Lui don­ner de la joie, de gar­der le cœur pur face au péché très gra­ve … – c’est-à-dire for­ma­ti­on du cœur. Car ne pèche-t-on pas plus vite avec la lan­gue qu’avec la main? Pour­tant si quelqu’un veut à tout prix la Com­mu­ni­on dans la bou­che à genoux, il peut aus­si l’avoir; chez nous on ne se dis­pu­te pas au banc de Com­mu­ni­on.

 

Fermer le menu