Les Anges

La plus grande par­tie des hommes ne croit plus aux Anges ; et ceux qui croient à des pré­ten­dus Anges – ce sont des elfes qu’ils vé­nèrent.

À quoi res­semblent les Anges ?
Des anges avec des seins ne sont pas des ser­vi­teurs de DIEU, car ceux-ci sont des jeunes hommes. Lorsque des êtres fé­mi­nins sont re­pré­sen­tés en tant qu’anges, alors ce sont des elfes et non des Anges gar­diens. Des anges avec des pe­tites ailes ne sont pas non plus des Anges cé­lestes, mais bien des elfes et autres de ce genre. Car un Ange est ex­trê­me­ment puis­sant, on ne peut pas le mi­ni­mi­ser. C’est peut-être bien au­près de pe­tits en­fants en leur ex­pli­quant les Anges de ma­nière tendre. Par contre les Anges de DIEU se montrent sou­vent avec des ailes puis­santes, comme on les re­pré­sente aussi par des sta­tues. Ces ailes ne sont qu’un sym­bole. Cela donne un ef­fet de puis­sance ! Cela montre aussi : ils sont ser­vi­teurs de DIEU, ra­pides d’action.

Combien y a‑t-il d’Anges ?
Au Ciel les Anges sont in­nom­brables ! De ces Anges, DIEU en prend sans cesse un et l’envoie sur terre à un nou­vel homme. Dès que dans le sein de la mère le pre­mier or­gane, le cœur, est formé, DIEU donne déjà un Ange aux co­tés de cet homme qui va naître. Chacun de vous a donc un tel Ange et il re­garde la Face de DIEU. Il sait ce que DIEU compte faire avec toi. Tout comme DIEU il n’agira pas non plus contre ton libre ar­bitre.

Ton Ange gar­dien est tou­jours avec toi !
Si l’un de vous pou­vait voir son Ange gar­dien, il croi­rait alors avoir vu DIEU. Un Ange est com­blé d’une beauté tel­le­ment res­plen­dis­sante que nous ne pour­rions pas le re­gar­der avec nos yeux ma­té­riels, nous mour­rions sur-le-champ. Notre ma­tière ter­restre vo­le­rait en éclats de­vant tant de splen­deur et de beauté. Et cet Ange se tient tout le temps près de toi, peu im­porte ce que tu fais – que tu dormes ou sois au WC, que tu pèches ou fasses plai­sir à DIEU. Souvent je vois l’Ange gar­dien – je le dis pour une fois très fa­mi­liè­re­ment – comme un ma­jor­dome se te­nant tou­jours der­rière son pro­tégé, at­ten­dant les dé­sirs de son maître. Vous pou­vez vous es­ti­mer heu­reux qu’il fasse tant de choses sur ordre de DIEU, si­non votre Ange se­rait sou­vent sans ac­ti­vité.

Quand tu meurs, ton Ange gar­dien sera une éter­nité avec toi, pourvu que tu ob­tiennes la béa­ti­tude éter­nelle. Mais si tu vas à la dam­na­tion éter­nelle – qui existe ! – cela est pour ton Ange d’une abo­mi­na­tion in­con­ce­vable ! DIEU ne peut que le conso­ler en l’adjoignant à la Mère de DIEU : Il sera re­mis à sa Reine. Puisque tu ne lui as pas donné d’amour, la Mère de DIEU lui don­nera cet amour.

Aie un grand res­pect pour ton Ange
Il porte tou­jours son re­gard sur toi. C’est une aide puis­sante dont tu es bien trop peu conscient. As-tu des af­faires im­por­tantes à ré­gler ou des vi­sites à faire, en­voie donc ton Ange à l’avance afin qu’il ar­range les conver­sa­tions, pré­pare les tra­vaux, prenne contact avec les Anges de ceux qui entrent en contact avec toi. Tu ob­tien­drais bien plus de suc­cès. Si tu te fais des sou­cis au su­jet de tes en­fants, pour­quoi n’envois-tu pas leur Ange ou ton Ange ? Demande-lui donc son aide ! Il aime tant se mettre à dis­po­si­tion ! Vous, pa­rents, vous avez un pri­vi­lège par­ti­cu­lier, ce­lui d’appeler les Anges de vos en­fants pour leur don­ner des ordres ou leur re­mettre des mes­sages. Tu peux aussi, par exemple, l’envoyer au Saint Sacrifice de la Messe, afin qu’il te rap­porte les grâces et la bé­né­dic­tion du Sacrifice de la Messe. Ne pense pas de fa­çon si ter­ri­ble­ment hu­maine, laisse faire DIEU dans Sa mer­veilleuse pro­vi­dence !

Comment peux-tu faire plai­sir à ton Ange gar­dien ?
Il y a tant de choses que tu ne sais pas en­core. Mais ton Ange gar­dien le sait. Laisse-le t’instruire. As-tu re­mer­cié déjà ton Ange pour tout ce qu’il a fait pour toi de fa­çon in­si­gni­fiante ? Dans les ten­ta­tions, il t’a dé­fendu des mil­liers de fois. Tu ne vois pas ve­nir le diable et la fa­çon ru­sée par la­quelle il s’insinue au­près de toi, mais ton Ange. Tu re­con­nais le plus sou­vent bien trop tard les dan­gers phy­siques et spi­ri­tuels, pen­dant que ton Ange lui te pré­serve du mal­heur – se bat pour toi ! Est-ce que tu le re­mer­cies pour ce dont tu ne te doutes pas et ne re­con­nais pas, pour tout le bien qu’il t’a fait aujourd’hui ?

Si tu veux spé­cia­le­ment faire plai­sir et re­mer­cier ton Ange, fais en part à DIEU, son Créateur, ou bien à sa ma­jes­tueuse Reine Marie. Qu’ils le comblent d’une joie par­ti­cu­lière ! Prie par exemple : „Mon DIEU, je T’en prie, comble mon Ange de pré­sents – Tu peux tout lui re­mettre, car il est sans pé­ché. Donne-lui une grande lueur de Ta gloire et une plus grande connais­sance.“ (Car même un Ange n’a pas toute la connais­sance de DIEU!) Mais toi re­mer­cie-le avec une prompte obéis­sance. J’en ai fait moi-même l’expérience avec mon Ange : Au même ins­tant il tend ses bras et re­çoit une telle lueur du Ciel et une joie in­at­ten­due. L’Ange sera tout à fait com­blé de joie, d’un amour pas­sionné pour DIEU ! À ton avis, com­bien il t’en sera aussi re­con­nais­sant ? Tu l’as de­mandé en sa fa­veur.

Travaille avec ton Ange gar­dien et laisse-le aussi tra­vailler avec toi. Donne-lui un nom qui pour­rait lui plaire. Il est ton guide. Qui parmi vous veut es­ca­la­der la plus grande mon­tagne, le Ciel, sans guide de mon­tagne ? Pour la gra­vir, DIEU t’a donné ton Ange. Il tient la corde dans ses mains. Confies-toi à lui. Lies-toi d’amitié avec lui. Fais ré­gler par lui ton ”an­tenne in­té­rieure” avec le plus de pré­ci­sion, alors tu en­ten­dras ton Ange.

Fermer le menu