Les Saints

Nous, qui som­mes l’Église mili­tan­te, som­mes en con­stan­te com­mu­ni­on avec l’Église triom­phan­te, avec les Saints et les Anges du Ciel. Les Saints sont des modè­les, des inter­ces­seurs. Donc, nous n’adorons pas la Mère de DIEU, Marie et les Saints, mais nous les véné­rons et les aimons. Étu­diez la vie des Saints, son­dez en quoi con­sis­te leur vie de ver­tu, et puis imi­tez leurs vies sain­tes. Pre­nez les Saints du Ciel com­me inter­ces­seurs devant le trô­ne de DIEU pour qu’ils vous rappro­chent tou­jours plus près de DIEU!

Marie – l’Impératrice triomphante

Voi­ci la Mère de DIEU Marie, en tant qu’Impératrice céles­te triom­phan­te! Mais DIEU ne vou­d­rait pas La voir uni­que­ment fêtée au Ciel com­me ”Impé­ratri­ce triom­phan­te”, mais par tou­te Sa créa­ti­on, tout par­ti­cu­liè­re­ment par Sa Sain­te Égli­se sur terre!

DIEU est prêt à l’introduire com­me Impé­ratri­ce dis­tri­buant des mer­veil­les. En tant qu’Impératrice céles­te trô­nant, elle vain­cra en triom­phant! Tout spé­cia­le­ment sur Satan et tou­tes ses machi­na­ti­ons.

Arrêtez avec ces sta­tu­es et ces images de Marie et de JÉSUS ver­s­ant des lar­mes de sang et gri­bouil­lées de sang. Pour qui les hom­mes pren­nent-ils donc DIEU et l’Impératrice céles­te? Là, le malin en prend plai­sir: durant qu’il pro­gres­se de vic­toire en vic­toire, il sem­ble que le Ciel pleu­re et se plai­gne avec beau­coup de sang et de lar­mes. N’est-il pas dit plu­tôt que: „DIEU se moque de Ses enne­mis!“? Arrêtez donc de La voir com­me une reg­rett­able Mère de DIEU, au con­trai­re appe­lez-la à l’aide com­me Impé­ratri­ce céles­te triom­phan­te! En tant que tel­le, elle a de la puis­sance!

Voi­ci que dans cet­te peti­te piè­ce ecclé­si­as­tique à Rehe­to­bel, elle siège en tant qu’Impératrice et Régen­te! D’ici elle com­men­ce­ra sa mar­che triom­pha­le sur le mon­de ent­ier. Tout hom­me peut l’honorer et lui fai­re des deman­des, quel­le que soit aus­si sa con­fes­si­on actu­el­le. Cela appor­te­ra de riches grâces à cha­cun qui fera un pèle­ri­na­ge jusqu’à elle, ici en cet empla­ce­ment choi­si par le Ciel! À qui cela n’est pas pos­si­ble, il obti­en­dra éga­le­ment son aide et sa sol­li­ci­tu­de par une copie de la sta­tue ori­gi­na­le, si cel­le-ci fut bénie par mes évêques ou prê­tres!

Marie Impé­ratri­ce
La Mère de DIEU avec l’Enfant JÉSUS

L’Impératrice com­me gui­de vers DIEU
L’épidémie d’aujourd’hui con­sis­te à ce que la plu­part des hom­mes se fas­sent une prop­re image de DIEU, en redres­sant la reli­gi­on à leur gré, à leur gui­se et selon leurs pas­si­ons. Si on leur dit: „Pre­nez Marie com­me gui­de vers DIEU“, alors ils n’ont que des paro­les dédai­gneu­ses ou très vio­len­tes à son sujet, ne con­sidé­rant pas qu’ils par­lent cont­re la Fil­le, la Mère et l’Épouse de DIEU!

Per­son­ne ne peut dire qu’il aime DIEU s’il n’observe pas Ses Commande­ments et s’il n’estime pas ou même refu­se Ses Sacre­ments qu’Il a don­né en héri­ta­ge à Son Égli­se pour une vie chré­ti­en­ne! Per­son­ne n’a ser­vi DIEU avec autant de com­p­laisance que Marie! Cela a plu à DIEU, le SEIGNEUR de prend­re chair par une Vier­ge tou­te pure (com­me cela con­vi­ent à DIEU) et de venir au mon­de par elle. Il Lui plut qu’elle soit aus­si hono­rée et aimée par nous les hom­mes com­me Sa Mère et not­re Mère céles­te, elle qu’Il nom­ma et nom­me dans tou­te l’éternité Sa Mère en l’aimant de façon divi­ne!

DIEU Lui-même est pater­nel et mater­nel. Le FILS de DIEU nous mon­tra l’amour pater­nel de DIEU, et par la Mère de DIEU Il vou­d­rait nous fai­re con­naît­re Son amour mater­nel. DIEU dit: „Hono­re ton père et ta mère afin que tu obti­en­nes pro­s­pé­rité et que tu vives long­temps sur terre!“

Que croy­ez-vous ce que cela serait, si le CHRIST Lui-même dédai­gnait ceci de Sa prop­re Mère? Ain­si c’est tout natu­rel que DIEU off­re main­ten­ant à Sa Mère ter­rest­re bien-aimée, tout amour et tou­te gloire divins, qu’Il peut lui offrir en tant que DIEU et en tant que son FILS céles­te. Et ce que DIEU fait, c’est tou­jours à aimer et à lou­er!

Nous savons que DIEU aime éle­ver pré­cis­é­ment l’infime. Et com­me jadis Marie était pour cer­tains Anges trop insi­gni­fi­an­te pour vou­loir l’accepter com­me leur Impé­ratri­ce, c’est jus­tement elle que DIEU éle­va si haut, ce qui est atro­ce aujourd’hui pour ces anges déchus. Et à pré­sent il se pas­se la même cho­se à nou­veau de la part des hom­mes. Est-ce donc pos­si­ble qu’un hom­me puis­se juger pour trop insi­gni­fi­an­te cel­le que DIEU jugea digne pour venir au mon­de par elle, et qu’Il hono­re et aime com­me Sa Mère? Si un hom­me veut pen­ser de la sor­te, mon DIEU, cela dépas­se même l’orgueil de Luci­fer! Venez, aimons et véné­rons-la aus­si de tout cœur com­me not­re Mère céles­te!

Saint Joseph – Patron protecteur de l’Église

Quand nous par­lons de saint Joseph, nous pen­sons immé­dia­te­ment à la Sain­te Famil­le: Joseph, Marie et JÉSUS. Cet­te unité de la Sain­te Famil­le est si impres­si­onnan­te qu’elle est un reflet de l’unité de la Très Sain­te TRINITÉ. Pour­tant ce n’est pas que la sain­te­té excep­ti­on­nel­le de saint Joseph qu’il faut admi­rer, mais tout d’abord sa hau­te dignité en tant que Père nour­ri­cier et adop­tif de JÉSUS ain­si qu’Époux de la très bien­heu­re­u­se Vier­ge Marie et Mère de DIEU.

Cet­te dignité extra­or­dinaire ne s’appliquait pas seu­le­ment à sa vie ter­rest­re mais se per­pé­tue glo­rieu­se­ment au Ciel. JÉSUS aima­it Joseph com­me jamais aucun aut­re père ne fut aimé sur terre. Si DIEU déjà sur terre était aus­si fidè­le à Son Père nour­ri­cier et adop­tif, com­bi­en main­ten­ant Il lui sera fidè­le aus­si au Ciel.

Nous savons que saint Joseph dans cet­te sub­li­me élec­tion, com­me aucun aut­re Saint ne l’a, se tient sou­vent un peu de côté der­riè­re le divin trô­ne de JÉSUS com­me con­seil­ler pater­nel. Saint Joseph pour­rait fai­re bien plus pour nous, si seu­le­ment nous le lui deman­di­ons plus sou­vent. Ain­si, en tant qu’Église mili­tan­te, nous agran­di­r­i­ons aus­si l’honneur et la gloire de saint Joseph.

Saint Joseph, Patron pro­tec­teur de l’Église
Saint Joseph, Père nour­ri­cier et adop­tif de JÉSUS

Terreur des mau­vais esprits
Saint Joseph a une maniè­re silen­cieu­se tou­te à lui d’être Chef Pro­tec­teur de l’Église. Il est curieux aus­si: de trou­ver une sécu­rité extra­or­dinaire et pro­fon­de là où on se con­fie à lui. Il était, est et res­te jus­tement père. Regar­dez, Marie et Joseph, les plus grands Saints du Ciel, ils ne se sont pas dis­tin­gués par de gran­des appa­ri­ti­ons, de grands dis­cours publics ou quoi que ce soit. Ils ont accom­pli leur devoir d’état avec silence et sain­te­té. Marie lava les lan­ges, se tint devant le four­ne­au, fit le ména­ge. Joseph tra­vail­la com­me ouvri­er, en tant que simp­le char­pen­tier, pour sub­ve­nir aux besoins de sa Famil­le. Il devint grand par le plus simp­le tra­vail. Et pour­tant il se trouve main­ten­ant au Ciel bien plus éle­vé que tout pape. – Avec son silence, sa modes­tie et son humi­lité, en étant encore mécon­nu il est deve­nu le Chef Pro­tec­teur de l’Église, la terreur des mau­vais esprits.

Dans des exor­cis­mes j’ai moi-même fait l’expérience de ce que veut dire: „Saint Joseph, terreur des mau­vais esprits …“ – Il est réel­lement la terreur des mau­vais esprits!

Cer­tains se demandent: „Mais où est donc le Chef Pro­tec­teur de l’Église aujourd’hui? Pour­quoi ne vient-il pas au secours de l’Église et la sauve de la chu­te?“ – Mes bien-aimés, saint Joseph aurait le pou­voir de rédu­i­re tout de sui­te à néant les machi­na­ti­ons démo­nia­ques et de tout remett­re d’aplomb. Mais l’ivraie doit être sépa­rée du bon grain. Son temps est don­né au malin, et ce n’est jus­te que lorsque DIEU dit: „Main­ten­ant ça suf­fit!“, que saint Joseph ajou­te­ra aus­si son par­tie. DIEU est invin­ci­ble! Dans Sa jus­ti­ce et d’après Ses règles, Il déter­mi­ne temps et des­sein.

Saint Nicolas de Flue

Je n’attache pas seu­le­ment une gran­de impor­t­an­ce à Frè­re Nico­las par­ce qu’il est mon saint Patron, mais par­ce qu’il est le Patron de la Suis­se et que le pape l’a intro­ni­sé com­me Patron de la paix mon­dia­le. De nos jours nous avons urgemment besoin de ce Patron et de cet inter­ces­seur. Même si nous savons que tout est trop tard, par­ce que le péché est trop grand, nous vou­lons à plus for­te rai­son le sol­li­ci­ter et ne pas démord­re. La tourn­u­re que le mon­de prend est pire que les appa­ren­ces le mon­t­rent. Nous avons expres­sé­ment besoin de paix. Pas seu­le­ment pour nous fai­re plai­sir, mais pour fai­re plai­sir à DIEU et à la jeu­nesse.

Une sen­tence inces­san­te de saint Nico­las de Flue était: „La paix est en tout temps en DIEU!“ – Com­bi­en cet­te sen­tence est véri­di­que. La paix est un fruit du SAINT-ESPRIT. Si tu es en paix avec DIEU, alors cet­te paix habi­te dans ton cœur, peu impor­te si la tem­pête fait rage, si l’enfer se déchaî­ne autour de toi ou si c’est la fin du mon­de. Mais si tu es en con­flit et en dis­cor­de, à ce moment-là le SAINT-ESPRIT s’enfuit de ton cœur et avec Lui s’enfuit aus­si la paix de DIEU.

Frè­re Nico­las vécut 20 années sans man­ger, uni­que­ment de la Sain­te Com­mu­ni­on. Tant de mira­cles se firent grâce à son inter­ces­si­on. Mal­heu­re­u­se­ment Frè­re Nico­las n’est pas véné­ré en Suis­se com­me cela serait dési­ra­ble. Avant tout les hom­mes poli­ti­ques dev­rai­ent por­ter davan­ta­ge d’intérêt à ses con­seils: „N’ouvrez pas trop grand la clô­tu­re!“ et: „Ne vous mêlez pas des affai­res étran­gè­res!“. Ils tien­nent de grands dis­cours sur leur Père de la patrie, Frè­re Nico­las, et pour­tant il serait pré­fé­ra­ble s’ils s’en ten­ai­ent tout d’abord à ses con­seils.

Pen­dant la deu­xiè­me guer­re mon­dia­le, beau­coup de Suis­ses cher­chè­rent dans la priè­re refu­ge auprès de Frè­re Nico­las. Lorsque les nazis se ras­sem­blè­rent à la fron­tiè­re pour enva­hir la Suis­se, on vit dans le ciel au-des­sus de la fron­tiè­re natio­na­le du Rhin, une gran­de main revêtue d’un froc brun qui s’abaissa dans le Rhin. C’est ain­si que mon père me le racon­tait sans ces­se. Tout le mon­de savait que c’était la main de Frè­re Nico­las qui défen­dait la paix de la patrie. De même on vit à d’autres fron­tiè­res la main de Frè­re Nico­las. La puis­sance enne­mie, par­mi laquel­le on avait vu aus­si de l’autre côté de la fron­tiè­re des bédouins à che­val, se reti­ra com­plè­te­ment.

Est-ce que Frè­re Nico­las a le droit de tenir aujourd’hui encore sa main pro­tec­tri­ce au-des­sus de la Suis­se? Je res­sens de DIEU, qu’il ne le peut plus, qu’il n’en a plus le droit, par­ce que les hom­mes se détour­nent de plus en plus de DIEU. L’Église a nom­mé saint Nico­las de Flue com­me Patron de la paix mon­dia­le. C’est lui que nous devons sol­li­ci­ter dans nos priè­res. DIEU récom­pen­se la priè­re per­sé­vé­ran­te.

Saint Nico­las de Flue
Fermer le menu