Sous les feux croisés de la critique

Luc 7,19 sqq.: Deux dis­ciples se ren­dirent au­près de Jésus et dirent : „Jean le Baptiste nous a en­voyés vers toi et te fait dire : ‚Es-tu ce­lui qui doit ve­nir, ou de­vons-nous en at­tendre un autre?’ … Puis il ré­pon­dit aux en­voyés : ‚Allez rap­por­ter à Jean ce que vous avez vu et en­tendu : les aveugles voient, les boi­teux marchent, les lé­preux sont pu­ri­fiés, les sourds en­tendent, les morts res­sus­citent et la bonne nou­velle de Dieu est an­non­cée aux pauvres. Heureux ce­lui pour qui je ne se­rai pas une oc­ca­sion de scan­dale.’”

L’avidité au mi­racle et l’idolâtrie de ma per­sonne me ré­pugnent ab­so­lu­ment. Cependant je rends té­moi­gnage à l’action de DIEU. En Son Nom je pou­vais ef­fec­tuer des exor­cismes et même la gué­ri­son de ma­lades ainsi que des ré­sur­rec­tions des morts. Ceci est sou­vent in­ter­prété par les ad­ver­saires comme ve­nant du ma­lin, ce qui n’est pas pen­sable, puisque des conver­sions frap­pantes et au­then­tiques et des amé­lio­ra­tions au Bien se sont pro­duites. Or une chose que le ma­lin ne peut ja­mais faire : en­flam­mer le cœur dans l’amour pour DIEU et te rendre meilleur !

Témoignage du prélat Pr. Dr Harambillet

(Professeur, doc­teur de droit ca­non et ju­riste à la Rota Romana, le plus haut tri­bu­nal ec­clé­sias­tique du Vatican)

Au su­jet des prêtres prê­chant contre moi, il écrit :
«Ces prêtres s’exposent au grand dan­ger d’imiter les pha­ri­siens et de por­ter un ju­ge­ment sur des choses aux­quelles le ju­ge­ment ap­par­tient à DIEU seul. Il est in­sensé et ir­res­pon­sable, en une époque de dé­ca­dence gé­né­rale de l’Église, de ju­ger en­core en rai­son d’un droit ca­no­nique li­bellé en des temps nor­maux. En tant que doc­teur et juge, il est de mon de­voir en cette af­faire de faire sa­voir qu’aujourd’hui pas moins de tra­di­tio­na­listes suivent le che­min de la per­di­tion en pre­nant la place de DIEU et en condam­nant de leur propre com­pé­tence aveu­glée la vo­ca­tion que DIEU éveille dans chaque in­di­vidu.

Ce n’est pas le mo­ment de ju­ger, mais le mo­ment d’observer et de prier parce que DIEU fait sou­ve­rai­ne­ment son choix, ici comme dans toutes choses. Il ne s’adaptera ja­mais aux pen­sées de l’homme comme le montre toute l’Écriture sainte et le Saint Sacrifice de la Messe …!»

Le pré­lat Dr Harambillet ex­pli­qua de­vant plu­sieurs té­moins :
«Selon le droit ca­non vous êtes va­li­de­ment consa­cré, néan­moins sans au­to­ri­sa­tion. Mais après que le pape Paul VI eut an­noncé que : „La fu­mée de Satan s’est in­fil­trée jusqu’à la tête de l’Église!”, ces lois ne de­vraient plus avoir de va­li­dité, il fau­drait édic­ter une loi d’urgence. Mais comme l’Église ne ré­agit pas, DIEU in­ter­vient en Souverain. »

Après que le pré­lat Dr Harambillet m’eut sou­mis à un exa­men de deux heures, il se mit à ge­noux en de­man­dant : « Excellence, don­nez-moi votre bé­né­dic­tion. »

Autres confirmations

Lettre de ré­ponse de Maria Simma (une mère cé­lèbre des pauvres âmes du pur­ga­toire de Vorarlberg) à Madame H. qui s’est in­for­mée au­près d’elle sur ma per­sonne.

Lettre du Pr. Matt (Professeur en Liturgie ec­clé­siale) sur le Saint Sacrifice de la Messe que j’ai ré­digé sur ordre de DIEU.

Expertise de droit ca­no­nique de Mag. Helmut Deixler de Vienne (A) ré­di­gée le 13.12.1985 concer­nant la va­li­dité de ma consé­cra­tion épis­co­pale.

Fermer le menu