Des infanticides par milliards

C’est tou­jours de la sor­te: pour obtenir crois­sance de pou­voir et d’influence, Satan a besoin de VICTIMES HUMAINES!

C’était et c’est ain­si depuis Caïn et Abel. Pen­sons aux anci­en­nes civi­li­sa­ti­ons, les­quels sacri­fiè­rent à leurs dieux (ido­les) des vier­ges et des jeu­nes gar­çons chas­tes aus­si bien que des nour­ris­sons de pré­fé­rence inno­cents. Der­riè­re tous ces dieux spé­cieux se cachè­rent des anges déchus et des sup­pôts de Satan.

Et aujourd’hui? Jamais, même aux temps ancestraux les plus pri­mi­tifs, il n’y eut de tel­les pra­ti­ques inhu­mai­nes ain­si que des quan­tités énor­mes de vic­ti­mes humai­nes assas­si­nées! Et la plu­part du temps cela est accom­pli par des méde­cins sous le man­te­au pro­tec­teur de l’État! Des méde­cins, les­quels ont pour­tant la voca­ti­on de sau­vegar­der la vie et de guérir les vies mala­des.

Mais aujourd’hui on en est déjà arri­vé à un point que des méde­cins por­tent plain­te en jus­ti­ce, pour autant qu’on les empêche de tuer des petits enfants inno­cents, pour en tirer de l’argent. (Com­me il en a été le cas en Baviè­re déjà en 1998.) Donc, bour­reau d’une vie humai­ne qui est décla­rée NON COUPABLE!

L’avortement est un meurt­re!
Il y a des femmes qui cri­ent: „C’est not­re vent­re!“ Toi, meur­triè­re! Ce n’est pas de ton vent­re que nous par­lons, celui-ci tu ne le tues pas en effet, mais nous par­lons de l’âme créée par le PÈRE Céles­te, qu’Il place dans la vie nais­san­te. (À pro­pos, le pre­mier orga­ne qui fonc­tion­ne, c’est le cœur.) DIEU, qui crée l’âme, met tou­jours dans l’âme une cho­se pré­cieu­se et uni­que, à savoir: la libre volon­té, qu’Il respec­te Lui-même en tant que Créa­teur. Toi au con­trai­re, tu oses tran­cher sur cet­te vie créée par DIEU! Tu veux être donc plus que DIEU, ce DIEU qui nom­me chaque ast­re indi­vi­du­el de l’infini fir­ma­ment par son nom.

Les enfants ne vien­nent pas du père et de la mère, mais de DIEU – par le père et la mère! Lui, le PÈRE céles­te, est le vrai Père. Mais toi, tu oses rédu­i­re à néant Sa joie de Père ain­si que Ses plans de créa­ti­on! Sais-tu qu’un jour tu com­pa­raî­tras devant Lui et auras à rend­re comp­te?!

Insai­sis­sable est et res­te ce fait d’assassiner, de tuer et de liqui­der des vies inno­cen­tes, ordon­né ou pour le moins approu­vé sans com­men­taire par des poli­ti­ci­ens, des „pères“ et des „mères“ de la patrie, si même en par­tie par con­train­te.

Cet­te mora­le, ce péché en son nombre n’est plus sup­por­ta­ble! Hit­ler n’a pas tant de meur­tres sur sa con­sci­ence que vous, vous qui don­nez vot­re con­sen­te­ment à l’avortement!

Si toi, mère ou père, méde­cin ou qui­con­que y ayant par­ti­ci­pé, tu meurs sans repen­tir et com­pa­rais devant la Face de DIEU, tu auras com­me accu­sa­teur se ten­ant devant toi l’enfant avor­té ou les enfants avor­tés!

Et vous poli­ti­ci­ens, qui avez don­nés vot­re suf­fra­ge pour l’infanticide, vous aurez com­me accu­sa­teurs devant vous tous les enfants avor­tés de vot­re pays, des mil­li­ons et des mil­li­ons d’enfants!!! C’est au plus tard devant DIEU que jus­ti­ce sera fai­te pour ces enfants inno­cents!

L’âme créée par DIEU comp­te plus que le corps, l’esprit ou l’âge, car elle est créée par le souf­fle Divin! Et chaque âme indi­vi­du­el­le est créée par DIEU, afin qu’Il obti­en­ne d’elle louan­ge, amour et ado­ra­ti­on et qu’Il puis­se ain­si la récom­pen­ser avec une béa­ti­tu­de éter­nel­le auprès de Lui. Mais toi, tu L’as pri­vé de cet­te joie par ta con­du­i­te égoïs­te! Oses-tu encore com­pa­raît­re devant Sa Face?

Com­ment peut-on répa­rer devant DIEU un avor­te­ment?
Tu as de la chan­ce de pou­voir encore répa­rer ceci, car DIEU, mal­gré tout,
(aus­si long­temps que tu es encore en vie) ne veut pas la mort de ton âme, mais au con­trai­re que tu recon­nais­ses ta fau­te et dans la mes­u­re de ton pos­si­ble que tu la répa­res! Repens-toi, con­fes­se et chan­ge!

Et si tu as avor­té ton prop­re enfant en tant que mère ou bien en tant que
père le vou­lais ou l’as per­mis, bap­ti­se-le du “Bap­tê­me des Non-Nés”! Ce n’est qu’ainsi que DIEU te par­don­ne­ra, et au lieu que ton enfant soit pour toi l’accusateur, il sera aus­sitôt après l’enfant heu­re­ux et recon­nais­sant qui t’accompagnera spi­ri­tu­el­lement et angé­li­que­ment.

Si ton Égli­se ne veut ou ne peut pas t’aider, je suis dis­po­sé volon­tiers, ou un de mes évêques ain­si que de mes prê­tres est prêt aus­si, à le fai­re à leur place!

Qui le veut, peut aus­si prier le “Bap­tê­me des Non-Nés” au nom de tous les hom­mes, mais il doit lais­ser le soin à DIEU de dis­tri­buer com­me Il le veut ces grâces. Une fois par mois, tous mes évêques et prê­tres célèb­rent un Saint Sacri­fice de la Mes­se pour les enfants avor­tés.

À télé­char­ger: Bap­tê­me des enfants embroyann­aires et des morts-nés

Fermer le menu