Sanctification du Dimanche

„Et Dieu bénit le septième jour et le sanctifia.“ (Gn 2,3)

Les tables de pierre
Lorsque le SEIGNEUR eut fini de parler à Moïse sur la montagne de Sinaï, Il lui remit les deux tables de la Loi, tables de pierre, écrites par le doigt de DIEU:

3ème commandement: „Souviens-toi de sanctifier le jour du sab­bat. Pendant six jours tu travailleras, et tu feras tous tes ouvra­ges. Mais le septième jour est le jour du repos consacré au Seigneur, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage en ce jour, ... Car c’est en six jours que le Seigneur a fait le ciel et la terre, et la mer et tout ce qui est en eux, et il s’est reposé le septième jour. C’est pour cela que le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié.“ (Ex 20, 8-11)

Moïse reçoit les 10 Commandements

L’Évêque-à-l’Épée fait valoir:

„On ne peut pas changer les commandements de DIEU. Les commandements que DIEU a donnés sont définitifs, aucun évêque, aucun pape, absolument personne ne peut rien y changer. Je suis venu pour faire connaître les désirs de DIEU. Il est dit: ‚Tu sanctifieras le dimanche!‘ Mais on attend toujours de moi que je vienne au-devant des désirs des hommes. Cela me fait de la peine pour DIEU, quand on dit: ‚À la place nous irons à l’église le lundi, le mardi ou le mercredi.‘ Avec cela, le commandement ‚Tu sanctifieras le dimanche!‘ n’est pas observé. Il est certain que DIEU n’a pas dit: ‚Tu assisteras au Saint Sacrifice de la Messe le dimanche‘, mais l’Église l’a défini par la loi ecclésiastique, et je ne vois pas pourquoi je devrais abroger ce commandement de l’Église. Car de quel moyen pourrais-je mieux sanctifier le dimanche qu’avec le Saint Sacrifice de la Messe? – Le dimanche est tout simplement le jour que DIEU s’est réservé.

Le commandement du dimanche est un commandement que DIEU prend très au sérieux. Nous avons des gens qui, tous les dimanches, font plus de deux heures de route pour un Saint Sacrifice de la Messe et le même temps pour le trajet du retour. D’autres en revanche sont très négligents avec ce comman­de­ment. La Mère de DIEU a prédit qu’un temps viendra où il faudra faire jusqu’à sept heures de route pour assister à une Sainte Messe agréable à DIEU.

Vous constatez quotidiennement que les jours raccourcissent, que le temps passe plus vite, bien que le tic tac de l’horloge ne bat pas plus vite apparemment. L’homme s’en rend compte, le remarque et ne le remarque pourtant pas. De nombreuses cata­strophes prophétisées sont déjà arrivées. L’homme le voit et ne le voit pourtant pas. La chrétienté en Europe est totalement en train de se briser, de disparaître. Cela est particulièrement bien visible au nombre toujours plus décroissant des chrétiens qui sanctifient le dimanche. Beaucoup disent: ,Oui, nous voyons bien que cela ne va plus dans l’Église.‘ Mais que font-ils contre? Les homosexuels préconisent dans la rue pour leurs droits, les les­biennes, les skinheads, les fans de techno et tout ce qu’il peut y avoir. Mais les catholiques, l’Église, le peuple chrétien se tait.

Lors d’une inondation désastreuse, dont les exploitants agricoles furent fortement frappés, on entendit de la part de l’Église, qu’ils étaient proches dans leurs coeurs et leurs prières des victimes encore touchés par ces inondations, etc.

La direction ecclésiastique devrait dire: ,Vous n’allez sûrement pas demander la raison d’une chose pareille, car pour la plus grande partie le travail effectué le dimanche est la cause de cette catastrophe. De faire les foins, de moissonner, tous les travaux sont effectués le dimanche. Voilà que même les bons doivent en souffrir.‘ L’occasion de parler sur le travail du dimanche était là mais ils ne disent pas un mot à ce sujet, comme si les hommes étaient tous saints, et s’affligent avec eux.
 

Une Europe chrétienne

DIEU ne punit pas, mais l’homme se punit lui-même, et le diable rit. Oh! Oui! Une Europe unie serait bien, très bien même. Mais cette Europe unie qui est en train de se constituer, n’est pas une unité de renforcement, mais sert à l’affaiblissement. À l’époque mon père souhaitait que l’Europe s’unisse, cependant dans la foi chrétienne afin qu’elle soit un rempart contre le mal et surtout contre la déchristianisation.

Les premiers chrétiens ont payé avec leur vie pour leur foi. J’ai­merais de nouveau avoir de tels chrétiens. – Sanctifiez le di­man­che! La crainte des hommes doit disparaître! Professez la foi chrétienne! Osez dans le zèle pour le SEIGNEUR! D’ailleurs: Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n‘ose pas, mais c’est parce qu’on n‘ose pas que cela devient difficile. Et pensez-y, un dicton dit bien: ,Tel ton dimanche, tel ton jour de la mort.‘“